Pluralité du Langage & des Médias
Unité de recherche PL&M

Tous les apprentissages scolaires mobilisent le langage (oral ou écrit), directement ou à travers un média, en réception comme en production. Toutes les ressources scolaires sont médiatisées et, de facto, ne présentent pas un savoir neutre, universel, décontextualisé. Le rapport à l’information (cf PER EdNum) aurait donc toute sa pertinence pour penser les ressources scolaires qui médiatisent l’information en utilisant un langage à saisir.

Le rapport au langage et le rapport aux médias, idiosyncrasiques, deviennent des enjeux pédagogiques/didactiques du rapport au(x) savoir(s) (épistémique) que l’école publique doit penser et intégrer.

L’idée de rapport au langage considère l’intervention du langage dans l’articulation des trois niveaux de contexte dans lesquels les élèves construisent les situations et les objets d’apprentissage (socioculturel, institutionnel et interactif) (Bautier, 2002). Or, comme le système scolaire « exige uniformément de tous ceux qu’il accueille qu’ils aient ce qu’il ne donne pas, c’est-à-dire le rapport au langage et à la culture que produit un mode d’inculcation particulier » (Bourdieu & Passeron, 1970), il y a antinomie potentielle entre le rapport au langage de l’enseignant·e et celui de l’élève.

Nous considérons donc que, de manière transversale, l’acquisition du langage et sa pratique, de même que l’éducation aux médias et leur consommation/production, forment le dénominateur commun des apprentissages ; et que le double rapport au langage et aux médias de l’élève est un déterminant de son rapport à l’école et aux savoirs.

Ce qui conduit à s’interroger sur les différents éléments langagiers et médiatiques à même de favoriser l’accès aux savoirs et aux situations didactiques.

Si l’on considère le langage et les médias comme vecteurs et objets d’enseignement-apprentissage, si l’on considère l’hétérogénéité des classes ordinaires, et si l’on veut favoriser l’accès de tous les élèves aux apprentissages, alors la conception universelle des apprentissages – Universal Design for Learning ([UDL] CAST, 2021) – peut être l’opportunité d’une école plus inclusive, notamment en pensant et en assurant un accès favorisé au discours et aux ressources. Les médias numériques peuvent être un des moyens d’y parvenir parce qu’ils permettent une plus grande variété de milieux didactiques à même de contourner différents obstacles à l’apprentissage.

Notre programme de recherche cherche donc à explorer l’articulation entre trois pôles impliqués dans toute situation didactique (Fig. 1) :

  • le langage et la communication comme objets et vecteurs d’enseignement-apprentissage ;
  • les médias comme objets et vecteurs d’enseignement/apprentissage ;
  • l’UDL comme cadre pour la conception des situations didactiques.

Ces trois pôles ont leurs spécificités propres mais interagissent pour construire le milieu didactique et la situation d’E/A. La diversité du langage et des médias dans les situations didactiques devient le pari de l’universalité de l’école. L’UDL et la pluralité des situations didactiques deviennent parallèlement des moyens de penser les rapports au langage et les rapports aux médias.

Fig. 1 : trois pôles du programme de recherche de l’UR

Axes et projets du programme de R&D

L’accès au langage et aux médias à l’école et le rapport au langage et aux médias des acteurs dans la classe déterminent le rapport aux savoirs et donc les apprentissages en termes de savoirs et savoir-faire. A partir des trois pôles qui définissent le programme de recherche de l’UR, nous définissons trois axes de recherche porteurs de problématiques et d’approches méthodologiques ciblées.

L’accès au langage et aux médias à l’école et le rapport au langage et aux médias des acteurs dans la classe déterminent le rapport aux savoirs et donc les apprentissages en termes de savoirs et savoir-faire. A partir des trois pôles qui définissent le programme de recherche de l’UR, nous définissons trois axes de recherche porteurs de problématiques et d’approches méthodologiques ciblées.

AXES

  1. Axe FONDEMENTS THÉORIQUES – Penser l’acquisition du langage et le rapport au langage et aux médias dans une perspective universelle face à un public aux besoins d’apprentissage divers :
    1. Acquisition du langage et pluralité des besoins ;
    2. Éducation aux médias ;
    3. Didactique de l’allemand et didactique du français langues d’enseignement ;
    4. Pluralité des apprenants et pédagogie universelle.

Cet axe permet de traiter explicitement les variations individuelles dans l’acquisition du langage et le développement du double rapport au langage et aux médias. Il s’agit d’identifier, auprès des bénéficiaires de l’enseignement, la diversité des besoins et des profils. Les méthodologies envisagées sont les revues de littérature et du discours scientifique pour identifier l’état des savoirs, les communautés de pratiques et les techniques DELPHI à dessein de mettre en discussion et contextualiser les savoirs aux réalités du terrain.

  1. Axe OUTILS DIDACTIQUES – Concevoir et éprouver des dispositifs et ressources pour l’enseignement et l’apprentissage du langage avec l’UDL comme fondement :
    1. Soutenir la compréhension et la production de textes en langue d’enseignement ;
    2. Soutenir la participation aux autres disciplines par l’acquisition du langage scolaire ;
    3. Diversifier les dispositifs et ressources grâce aux opportunités offertes par le numérique (EIAH, pédagogie du jeu) ;
    4. Vermittlung des Erwerbs der Kompetenzen literarischen Lernens (concept germanophone).

Cet axe permet d’être explicitement engagé vers la partie développement. Des ressources didactiques seront construites et des situations didactiques seront proposées sur la base des fondements théoriques (axe 1), en collaboration avec la diversité des parties prenantes (enseignant·e·s, chercheur·e·s, collaborateur·trice·s scientifiques…). Les méthodologies envisagées sont les recherches collaboratives, les entretiens semi-directifs ou les protocoles expérimentaux à cas uniques.

  1. Axe IMPLÉMENTATION & ETUDES D’IMPACT – Concevoir et éprouver l’accompagnement du déploiement des dispositifs et ressources auprès des enseignant·e·s :
    1. Définir la fidélité d’implémentation des outils didactiques par des recherches collaboratives ;
    2. Documenter l’impact de la fidélité d’implémentation sur les apprentissages ;
    3. Identifier les manières de soutenir la fidélité d’implémentation.

Cet axe permet d’éprouver l’acceptabilité des outils didactiques développés (axe 2), leur adéquation avec les réalités pratiques culturellement ancrées et d’envisager, lorsque cela est pertinent, un travail de diffusion de ces outils didactiques. Les méthodes envisagées sont les recherches collaboratives (pour comprendre les phénomènes), les recherches orientées conception (pour développer des dispositifs didactiques) et les études d’interventions (pour éprouver les dispositifs didactiques).

Ces trois axes de recherche sont en interaction comme le montre la figure 2. Ils permettent de structurer les projets de recherche menés par l’équipe, parfois avec des collaborations internes à la HEP et/ou des collaborations nationales ou internationales.

Fig. 2 : interactions entre les 3 axes de recherche de l’UR

L’unité PL&M, c’est trois axes de recherche et de réflexion qui questionnent et développent des projets sur l’acquisition-apprentissage des langues ainsi que la production de ressources à destination des enseignant.e.s ou élèves.

Thierry Geoffre
Professeur HEP ordinaire et responsable de l'UR Pluralité du langage et des médias
thierry.geoffre@edufr.ch

Nos projets en cours

Les projets sont regroupés selon qu’ils concernent 2 ou 3 axes du programme de l’UR (projets transversaux) ou en fonction de l’axe concerné.

Les figures 3 et 4 montrent la répartition des différents projets selon les trois pôles et les trois axes de recherche du programme de l’UR et permettent de visualiser les projets situés aux interfaces.

Fig.3 : répartition des projets selon les axes du programme de recherche

Fig.4 : répartition des projets selon les pôles du programme de recherche

Contacts

Membres associé.e.s

  • Dre Corvaglia Antonella, INALCO, Paris, France
  • Dre Nathalie Dherbey-Chapuis, UNI FR
  • Dre Gauvin Isabelle, UQAM, Montréal, Québec
  • Dre Rosianne Arseneau,UQAM, Montréal, Québec